Montpellier. CAP34, l’art au service du caritatif (6/7) : Morgan Guiraud



L’objectif : soutenir et développer le marché local des entreprises membres grâce à la recommandation. Au-delà de son aspect business, cette association a également une résonance fortement caritative. « Nous aidons des associations d’utilité publique à réaliser leurs projets sur notre territoire : ce fut le cas du soutien apporté à l’association Grégory Lemarchal ou en 2018 avec l’association Les Bonnes Fées », explique Arnaud Ellul, agent général associé Allianz et président du CAP34. Pour mener à bien ces opérations, CAP34 s’appuie sur un réseau d’artistes.


Et c’est sur les artistes qui composent cette branche humaine que nous allons consacrer cette série en sept épisodes, comme tant d’occasion de présenter des personnes dévouées et engagées. Ce sixième volet présente Morgan Guiraud. Qui es-tu ?

Je suis né à Montpellier, j’ai suivi des études de géo, croyant que j’allais voyager. Raté. En 2000 je pars en Californie pour perfectionner mon anglais, via des cours de dessin. On m’a fait réaliser que je pouvais continuer dans ce chemin et j’ai été accepté à l’Academy of Digital Animation, un cursus de 3D cartoon. J’ai fait plein de rencontres dont celle de Tim Burton. De retour en France, je suis devenu graphiste designer, je travaille actuellement pour Cabasse Group, une marque audio d’exception qui forge la rigueur et la créativité.

En 2014, j’attaque doucement la peinture. À la base c’était des cadeaux de portraits d’enfants pour la famille. C’est assez vite devenu une seconde activité, une passion, un exutoire où je peux faire des tâches sur le parquet sans culpabiliser.

Quel est ton art ?

C’est dans la mouvance Néo-pop. Je réalise des portraits de légendes du cinéma, de la musique, dans la recherche de plusieurs angles de lecture. Je fais aussi des portraits personnalisés quand la commande ou la rencontre m’inspire. C’est un mélange de plusieurs techniques. Je dessine d’abord sur une feuille A4, retouche numériquement, transpose sur toile et peins à l’acrylique. Je peaufine les détails du regard au posca. C’est la partie que je préfère, faire ressortir le miroir bleu de l’âme. Je détourne aussi les grandes œuvres via la digigraphie, le collage et le pinceau. Dans la dérision, j’y glisse des messages.



Depuis quand es-tu liée au Cap 34 ?

Je suis lié au Cap34 depuis 2019, j’ai rencontré Arnaud Ellul dans un lieu où j’exposais à Montpellier, Chez Nous.

Pourquoi as-tu choisi cet engagement ?

J’ai été inspiré par l’approche d’Arnaud, sa résonance caritative, la cohésion entre entrepreneurs et la noblesse des causes. Cela m’évoque un peu l’entraide que l’on retrouve aux Etats-Unis où les avantages sociaux sont moins avantageux que dans cette douce France. Les entreprises privés, mécènes et créatifs prennent souvent le relais charitable, comme un équitable retour de karma. J’aime la notion de communauté, de soutien à échelle locale.

L’émotion qui se dégageait lors de la soirée exposition au profit de l’association Les Bonnes Fées valait cet engagement, la récolte a permis de financer de beaux projets dans les hôpitaux locaux. Puis combiner le côté créatif et caritatif en festoyant …que demande le peuple ?



Quelles œuvres as-tu réalisées dans ce cadre et par quoi ou par qui ont-elles été inspirées ?

J’ai choisi un portrait de Carl Cox, coloré et « spicy ». C’est un choix orienté par le symbole universel autour de la musique électronique et sa notion de partage, à l’image de l’association Cap34. J’ai essayé de transposer sur toile l’énergie du DJ anglais qui disait « Your favorite artist was once a local artist. Don’t wait until they blow up to start supporting » (NDLR : « Votre artiste préféré était autrefois un artiste local. N’attendez pas qu’il explose pour commencer à le soutenir »).


Par Manon Haddouche Publié le 1 Nov 21 à 20:13


https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-cap34-l-art-au-service-du-caritatif-6-7_45889380.html



Featured Posts
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Recent Posts